Tatihou 2007

A la découverte de l'île normande de Tatihou
du 2 au 4 mai 2007, avec les 6ème A, B et C du collège Le Village de Trappes, sous la direction éclairée d'Alain Giraud.


L'embarquement se fait au port de Saint-Vaast-la-Hougue (en arrière-plan, Tatihou et sa tour Vauban).


Les fiers pirates du collège Le Village de Trappes à l'abordage de Tatihou.


Reconstitution de l'attaque d'Orléans en 1429 (à la tour Vauban, fin 17ème).

Le procès de Jehanne d'Arc


A partir d'un article publié dans la revue Moyen Age, n° 56, j'en ai fait écrire une scénarisation théâtrale :
sélection dans ce que disent les personnages principaux de l'essentiel de leurs propos puis transformation en dialogue théâtral.
Ce texte a ensuite été sensiblement réduit car difficile à mémoriser tel quel
(mais les photos montrent bien à quel point les acteurs étaient concentrés pour le jouer de leur mieux
).

1ère journée (mercredi 21 février 1431)

Huissier – Faites entrer l’accusée.

Pierre Cauchon – Pour commencer, je rappelle au tribunal que Jehanne d’Arc est accusée de crimes contre l’orthodoxie commis dans mon diocèse et en bien d’autres endroits, crimes dont toute la Chrétienté a eu connaissance. J’instruis son procès à la demande du roi d’Angleterre. Je demande à l’accusée (il se tourne vers elle et la regarde) de prêter serment sur l’Evangile, et de dire la vérité sur toutes les questions qui lui seront posées.

(Avec fermeté) Jehanne D'Arc – Je ne sais pas sur quoi vous voulez m’interroger. Il y a peut-être des questions auxquelles je ne répondrai pas.

PC – Il s’agira de questions sur la foi.

JD – Sur mes actions, je prêterai volontiers serment mais quant à mes révélations de par Dieu, je n’en ai jamais parlé qu’à Charles, mon roi.

PC – Je vous redemande de jurer.

(Elle s’agenouille et pose les mains sur le missel).

JD – Je jure de répondre aux questions sur la foi, mais pas sur mes révélations.

PC – Quels sont vos nom et surnom ?

JD – Chez moi, on m’appelait Jeannette ; en France, Jehanne.

PC – Où êtes-vous née ?

JD – A Domrémy.

PC – Comment s’appellent vos parents ?

JD – Mon père Jacques d’Arc, ma mère Isabelle.

PC – Où avez-vous été baptisée ?

JD – A l’église de Domrémy.

PC – Quel âge avez-vous ?

JD – A peu près 19 ans.

PC – Quelles prières connaissez-vous ?

JD – Ma mère m’a appris le Pater Noster, l’Ave Maria et le Credo.

PC- Récitez-moi le Pater.

JD – Entendez-moi en confession et je vous le réciterai bien volontiers.

PC – N’oubliez pas qu’il vous est interdit de quitter votre prison au château de Rouen.

JD – Je n’accepte aucune interdiction et je proteste contre les liens et les entraves qu’on m’a mis.

PC – Vous avez essayé plusieurs fois de vous évader d’autres prisons, c’est pourquoi vous être entravée.

JD – C’est vrai : j’ai voulu m’évader et le veux toujours, tout prisonnier a le bien le droit de s’évader.

PC – Raccompagnez l’accusée dans sa cellule !

 

2ème journée (jeudi 22 février 1431)

Huissier – Faites entrer l’accusée.

Pierre Cauchon - Je vous demande, comme hier, de prêter serment.

Jehanne D'Arc – J’ai prêté serment hier, cela doit suffire !

PC – J’insiste pour que vous prêtiez serment !

JD – Vous me chargez trop mais j’accepte : je jure sur ce missel de répondre aux questions sur la foi. Il peut y avoir des questions aux quelles je ne répondrai pas.

Maître Baupère – A quel âge avez-vous quitté votre domicile ?

JD- Je ne sais pas.

MB – Quel métier aviez-vous ?

JD – Pour filer et coudre, je ne crains femme de Rouen. Quand j’étais chez mon père, je m’occupais des affaires du ménage mais je n’allais pas aux champs avec les moutons.

MB – Alliez-vous vous confesser chaque année ?

JD – Oui, à Monsieur le Curé. Pour Pâques, je recevais l’Eucharistie.

MB – Parlez-moi de vos voix.

JD – La première fois, j’avais 13 ans et j’eus très peur. Après l’avoir entendue 3 fois, je compris que c’était la Voix d’un ange qui venait m’aider à me gouverner.

MB – Quel conseil vous donnait-elle pour le salut de votre âme ?

JD- De me bien conduire et de fréquenter l’église. Elle me disait que moi, Jehanne, je m’en aille pour venir en France et de lever le siège à Orléans. Comme j’étais une pauvre fille qui ne savait ni aller à cheval ni faire la guerre, j’allais chez mon oncle qui m’emmena trouver le capitaine Robert de Baudricourt, à Vaucouleurs. Le duc de Lorraine me manda alors. Je lui demandai des gens pour me conduire ne France. J’étais en habit d’homme, avec l’épée que m’avait donnée Baudricourt.

MB – Qui vous a conseillé de prendre habit d’homme ?

JD – Peu importe, c’était une nécessité ! (avec colère). J’allai sans encombre au roi, à Chinon et quand j’entrai dans la salle, je le reconnus parmi d’autres, selon l’avis de ma Voix. Je dis au roi que je voulais aller mener la guerre contre les Anglais et autres révélations.

MB – Lesquelles ?

JD – Allez donc demander au roi et lui vous répondra ! Lui et bien d’autres purent entendre et voir la Voix qui s’en venait à moi.

MB – Et quand vous avez été blessée sur les fossés de Paris, n’était-ce pas un jour de fête ?

JD - Il me semble que oui…

MB – C’est péché alors ! Avez-vous bien fait d’attaquer ?

JD (en colère) – Passez outre !

MB – L’audience est levée. Faîtes reconduire l’accusée dans sa cellule.

3ème journée (samedi 24 février 1431)

Huissier – Faites entrer l’accusée.

Pierre Cauchon - Acceptez-vous de prêter serment ?

Jehanne D'Arc – Je ne dirai rien sur mes révélations car j’ai promis de me taire, sinon je serais parjure. (D’une voix menaçante) Prenez garde, vous me chargez trop !

PC - Si vous persistez à refuser, je serai obligé de vous soumettre à la question…

JD – Dans ce cas, je prête serment. (Elle s’agenouille et pose les mains sur le missel). Je jure de répondre aux questions sur la foi.

Maître Baupère – A quelle heure avez-vous entendu les Voix venir à vous ?

JD – Hier et aujourd’hui : le matin, l’après-midi et à l’heure de l’Ave Maria

MB – Que faisiez-vous alors ?

JD – Je dormais quand elle me réveilla. Je lui ai demandé conseil et elle m’a répondu : « Réponds hardiment, Dieu t’aidera ».

MB – J’insiste pour savoir ce que vous a dit la Voix exactement.

JD – Prenez garde vous qui vous dîtes mon juge ! Prenez garde à ce que vous faîtes !

MB - La Voix vous disait-elle toujours la même chose ?

JD – Je ne l’ai pas entendue se contredire une seule fois.

MB – La Voix vous a-t-elle défendu de répondre aux questions sur ses révélations ?

JD – Pour aujourd’hui, je ne répondrai pas. Je crois qu’elle vient de par Dieu et je crains plus de lui déplaire en parlant que de vous répondre. C’est pour le roi que les voix m’ont confié des révélations, pas pour vous.

MB – Etes vous en état de grâce ?

JD – Si je n’y suis, Dieu m’y mette ; si j’y suis, Dieu m’y tienne !

MB – Les gens de Domrémy sont-ils du parti des Bourguignons ?

JD – Non, mes Voix sont pour le roi de France, les Bourguignons auront la guerre. J’ai eu grande volonté et ardeur que le roi recouvre son royaume.

MB – Voulez-vous prendre un habit de femme au lieu de cette tenue ?

JD – Donnez-m’en un et que je m’en aille !

MB – L’audience est levée. Faîtes reconduire l’accusée dans sa cellule.

4ème journée (mardi 27 février 1431)

Huissier – Faites entrer l’accusée.

Maître Baupère – Jehanne, veuillez prêter de nouveau serment sur ce missel.

Jehanne D'Arc – Je prêterai serment sur le procès. J’ai suffisamment juré !

MB – Votre santé est-elle satisfaisante ?

JD – Vous le voyez bien. Ca va comme ça peut.

MB – Avez-vous jeûné tous les jours de carême ?

JD – Tout au long de ce carême.

MB – Avez-vous entendu la Voix depuis samedi ?

JD – Oui !

MB – Que vous a-t-elle dit ?

JD – Je lui demandais conseil sur vos questions.

MB – Sur quoi ?

JD – Sur certains points dont je peux parler ; sur d’autres, je ne répondrai que quand j’aurai congé de Dieu : alors, je n’aurai pas peur de parler.

MB – Cette voix, est-elle celle d’un ange, d’une sainte ou de Dieu ?

JD – C’étaient les voix de Sainte Catherine et Sainte Marguerite ; voilà bien 7 ans qu’elles m’ont prise pour me gouverner. La première fois, quand j’avais 13 ans, de fut Saint Michel que je vis devant mes yeux. Il n’était pas seul mais accompagné d’anges du ciel. Je ne suis venue en France que sur l’ordre de Dieu.

MB- L’avez-vous en chair et en os ?

JD – Je les ai vus de mes yeux comme je vous vois tous.

MB – Quel signe avez-vous reçu prouvant que cette révélation venait de Dieu ?

(Silence de Jehanne)

MB –Est-ce Dieu qui vous a demandé de prendre habit d’homme ?

JD – L’habit n’est rien ; je n’ai pris cet habit que par le conseil de Dieu et des anges. Je pense que ce fut bien fait.

MB – Quand vous avez vu cette Voix, est-ce qu’il y avait de la lumière ?

JD : Bien sûr, beaucoup, partout.

MB – Comme votre roi vous a-t-il accordé créance ?

JD – J’avais de bonnes preuves, mais je ne veux rien dire des révélations qui m’ont été faites : j’ai été interrogée 3 semaines par des clercs à Chinon et Poitiers et le roi a eu un signe à mon sujet avant de croire en moi. Je lui avais envoyé une lettre de Chinon pour lui dire que je venais à son secours et que je le reconnaîtrais entre tous. Il m’a baillé une escorte de 10 000 hommes lorsqu’il m’a mise en campagne, avec un étendard dont le champ était orné de lis.

MB - Parlez-moi du siège d’Orléans.

JD – Je ne voulais pas de trêve avec les Anglais car ils devaient s’en aller s’ils voulaient la vie sauve. Lors de l’assaut, je fus la première à poser l’échelle en haut et c’est en la levant que je fus blessée.

MB - Les Voix vous ont-elles conseillé alors ?

JD - Je ne m’en souviens pas.

MB - L’audience est levée. Faîtes reconduire l’accusée dans sa cellule.

Dernière prière (à la chapelle fin 17ème de Tatihou)

Jehanne au bûcher (30 mai 1431)


Crémation symbolique.


Disparition symbolique de Jehanne.

Les chasses au trésor de Tatihou

Sur l'estran

En cours (tout de même)

Retour sur terre : dégustation des huitres de Mr Costard, ostréiculteur à Saint-Vaast-la-Hougue

Retour sur terre : arrêt final devant la fameuse église de Sainte Mère Eglise

Autres travaux de création des élèves :

LA CIGALE ET LA FOURMI
LA CIMICAIRE ET LA FOVEA
LA CIGARETTE ET LA FOURMILIERE

LA CIBLE ET LA FOULQUE
LA CIBOULETTE ET LA FOURBERIE
= S + 7
ARNOIRE BALTRONC...
Fictionnaire
LE VILAIN QUI VOULAIT DU VIN
LE MARCHAND QUI N'ENTENDAIT RIEN
Fabliaux

Théâtre : Le procès de Jeahnne d'Arc

[ Plan du site ] Accueil ] [ Home page ]