SAKURAJIMA (Kiushu, Japon)
(Février 2011)

L'activité explosive du volcan sur place

P
remière manche : observations du 16 au 19 février avec Patrick Barois


Le point d'observation du 16 au 19 février est P1 ; des 25 et 26 février, d'abord P1 puis 500 m en amont.

Observations du 16 février

" P1 semble plébiscité par une bonne dizaine de photographes qui ont mis leurs appareils en batterie. Il doit donc forcément s’y passer des choses intéressantes... Le crépuscule s’installe. Une explosion, à cette heure où l’éclairage entre chien et loup est optimal, serait vraiment la bienvenue. Mais les heures passent et la nuit noire finit par tomber. Toujours rien. Même la pleine lune finit par perdre patience et part se coucher derrière le volcan. Nous luttons contre le sommeil, recroquevillés dans nos duvets à l’intérieur de notre voiture. Parfois, un petit panache de cendre vient assombrir le voile de vapeurs blanches qui s’échappe en permanence de l’ensemble du cratère. Décidemment, l’excès de fièvre du volcan cet après-midi semble l’avoir épuisé...
Après cette nuit inconfortable, le matin nous tire de notre abri de fortune alors que les photographes ont déserté les lieux depuis longtemps.


Lever du jour : le volcan semble plus actif...


Pas de rougeur mais le reflet du soleil levant sur le panache de vapeur d'eau...

Nous reprenons espoir dans la matinée quand le volcan semble pris d’une quinte de toux. Pendant plusieurs heures, en effet, son cratère expulse de nombreuses bouffées de cendre plombée, parfois impressionnantes.


L'activité de débourrage est impressionnante mais c'est une éruption que j'attends, moi aussi...


La même activité de débourrage photographiée par Patrick.

Ces explosions avortées, caractéristiques d’une activité de débourrage de vieux matériel sous la pression des gaz, finiront-elles par déboucher sur un événement majeur ? C’est ce que nous espérons... Mais un Japonais, passionné par le Sakurajima, vient tempérer nos espoirs. Pour lui, toute cette vapeur qui s’échappe du cratère et ses débourrages fréquents ne permettent pas au système de remonter en pression. Il pense qu’il n’y aura pas d’explosion aujourd’hui... La suite lui donnera raison. Nous repartons bredouilles en milieu d’après-midi pour nous installer dans l'auberge de jeunesse très confortable à deux pas de l’embarcadère pour Kago shima." Patrick Barois

Observations du 18 février

" Il nous faudra attendre la fin de la matinée pour que la montagne se débarrasse de son chapeau de nuages alors que partout ailleurs le ciel bleu a déjà fait son grand retour. Dès 11 h, nous montons à nouveau la garde au P1. Mais nous ferons un tour d’horloge sans qu’aucune activité éruptive ne se manifeste... Nous rentrons désabusés à l’auberge. Il faut bien dormir un peu." Patrick Barois


Après une journée de pluie et de brouillard, le ciel bleu ne fait que renforcer la frustration en mettant en valeur le seul panache de vapeur d'eau qui s'échappe du cratère.


De 11 h du matin à 21h à scruter le cratère, c'est long, très long ; d'autant qu'au fil des heures l'éclairage devient franchement médiocre.

Observations du 19 février

" Samedi matin 9 h, de retour au P1 sous un soleil radieux, avec un cratère superbement éclairé de plein fouet et vide de toute vapeur gênante. C’est maintenant que le volcan devrait nous récompenser de notre persévérance. Mais il n’en fera qu’à sa tête et finira même par se voiler en milieu de journée en moins de temps qu’il ne faut pour le dire." Patrick Barois

Seconde manche (gagnante) : observations, seul, le 25 février

Points d'observation du 25 février : d'abord P1 puis 500 m en amont.

De P1


De P1, vers 9h, de gros débourrages ou de petites explosions laissent augurer bien mieux qu'une semaine avant.


Première petite explosion, vers 9h30, vite masquée par le panache blanc, mais j'apprécie...


Une heure plus tard, vers 10h40, une explosion plus forte, vite masquée par nuages et panache de vapeur blanche.

500 m en amont de P1


La lumière devenant médiocre, et afin de me sentir plus près, je me déplace vers 12h de 500 m en amont.


Nouvelle explosion à 13h30.


Dernière explosion observée ce jour vers14h30.

Seconde manche (gagnante) : observations, seul, le 26 février

Point d'observation du 26 février : 500 m en amont de P1.

9h40 : première explosion


Départ d'une explosion sur fond bleu : enfin !
C'est le dernier jour de mon séjour et je ne peux être sur place que la matinée...


J'entends très nettement les impacts des bombes retombant sur les pentes du cratère.


Le panache, de plus d'1 km de haut, se déploie majestueusement sur le fond bleu parfaitement dégagé, à la différence de la veille.


A la base de la colonne éruptive, cela bourgeonne et tournoie pendant de longues minutes.


Après avoir atteint sa hauteur maximale, le panache commence à s'affaisser et asperger de cendres Sakurajima.

11h15 : seconde explosion


Nouveau départ d'explosion sur fond bleu.


On entend encore très nettement les impacts des bombes sur les pentes du cratère.


Grandiose que ce magnifique panache sur fond bleu !


En s'affaissant, le panache asperge de nouveau de cendres Sakurajima.
Je repars serein : même si j'aurais aimé voir cela dès le premier jour, l'obstination a surmonté la malchance des premiers jours...

Le Sakurajima

Observations à distance

L'activité explosive : observations sur place (du 16 au 19 février puis les 25 et 26 février).

Vues panoramiques du Sakurajima

Les volcans et le monde du volcanisme
:
Voyages volcaniques personnels : Asie : Japon
: Le Sakurajima


L'Aso

Beppu

Kirishima

Le Sakurajima

L'Unzen

Vues panoramiques des volcans japonais

[ Plan du site ] [ Index des volcans du site ] Accueil ]