(e-peinture : Olivier Catté).


Ce conte a été écrit en 2001, à la suite d'un travail sur le monde du conte et ses caractéristiques formelles et narratives, par la 6e C du collège Le Village de Trappes :
Julie, Amel, Steeven, Johanna, Cécile, Aurore, Meliza, Sabrina, Coumba, Annabelle, Patrick E., Marianne, Elric, Oussama, Charlotte, Lucile, Sambou, Patrick M., Damien, Claudino, Angélique, Karim et Vong.

Il serait une fois un adolescent qui aurait de nombreux frères et sœurs, dont un petit dernier de deux ans. Depuis l’arrivée de ce dernier, il était malheureux car ses parents ne lui accordaient plus aucune attention.

    Un jour, sa mère l’envoya acheter un hologramme éducatif au magasin de jouets le plus proche, pour son petit frère. Il prit immédiatement sa trotinette volante et se dirigea vers le magasin. Arrivé sur place, il s’empressa d’aller chercher un vendeur et lui demanda un hologrammme éducatif.  
- Il est pour toi, ce jouet ?
- Non, non, il est pour mon petit frère, le plus gâté de la famille !
-  Tu n’as pas l’air très heureux de faire cette course. Tu dois être malheureux dans ta famille… Voici un hologramme éducatif, mais ce n’est pas un jouet comme les auttres : il te permettra de voir les malheurs des gens qui t’entourent…
- Où la scène du malheur va-t-elle apparaître ? Combien de temps avant ?
- Elle va se projeter devant toi quelques minutes avant, mais tu seras le seul à la voir. Mais attention ! tu ne devras jamais révéler ce secret !
- Je vous remercie du fond du coeur, peut-être maintenant mes parents tiendront plus compte de moi.
    Il reprit sa trotinette volante, l'enfourcha et rentra chez lui. Là, il posa soigneusement le jouet sur la table du salon et il se dirigea dans sa chambre. Tout à coup, il hurla : "Le bébé va tomber de la table du salon !!!". Les parents se précipitèrent sur les lieux du drame, plongèrent au moment où le petit prince basculait dans le vide et le rattrapèrent de justesse. En entendant ce vacarme, tous les enfants s'étaient précipités dans le salon. Une fois le calme revenu, les parents demandèrent :
- Qui a crié ?
- C'est moi !
- Comment tu as su que le bébé allait tomber alors que tu étais dans ta chambre ?
- J'ai eu une prémonition.
- Comme ça, d'un coup ? tu nous caches quelque chose...
- Décidemment, vous ne me croirez jamais ! dit-il et sur ces mots, il alla s'enfermer dans sa chambre.
    Le lendemain matin, pendant que les parents préparaient le petit déjeuner, ils entendirent crier : "Attention ! La voisine va se faire faucher par un camion !" Ils se précipitèrent dans la rue, attrapèrent leur vieille voisine au moment où elle allait se faire culbuter par un camion et la tirèrent en arrière. Ils la firent entrer chez eux pour la réconforter ; dès qu'elle eut repris ses esprits, d'un air très étonné, elle leur demanda :
- Comment avez-vous su que j'allais me faire culbuter par un camion ?
- Nous avons entendu notre grand fils hurler : "Attention ! la voisine va se faire faucher par un camion".
- Pouvez-vous me l'appeler, s'il vous plaït ?
    Les parents l'appelèrent et il descendit de sa chambre.
- Qu'est ce que j'ai encore fait ?
- Au contraire, mon garçon, tu m'as sauvé la vie et je voudrais savoir comment tu as su que j'allais me faire culbuter par un camion.
- J'ai eu une prémonition.
- Comme ça, d'un coup ?
- Décidemment, personne ne me croit, même le troisième âge !
Et sur ces mots, il s'enferma de nouveau dans sa chambre. 
    Peu avant midi, sa mère faisait chauffer le lait pour le biberon de son bébé quand le téléphone retentit ; elles sortit de la cuisine et alla décrocher le téléphone du salon pour entamer une longue conversation avec sa voisine. Le bébé, qui jouait avec son ballon, shoota dedans et le ballon roula jusqu'à la gazinière. Son grand frère hurla alors : "Attention ! le bébé va se brûler avec le lait de la casserole !". La mère jeta le téléphone, se précipita et attrapa le bébé au moment où il allait se brûler.
- Comment tu as su de nouveau cela ?
- J'ai eu une prémonition..
- Dis-moi la vérité : depuis quand as-tu ces prémonitions ?
- Depuis le jour où tu m'as envoyé acheter le jouet...
- Je m'en vais de ce pas me renseigner au magasin sur cet hologramme.
    Sur place, elle se dirigea au rayon jeux éducatifs et demanda au vendeur qui se trouvait là si c'était lui qui avait vendu un hologramme éducatif il y a trois jours à un adolescent.
- Oui, je m'en rappelle très bien.
- J'en voudrais un, exactement du même genre.
    Elle repartit chez elle très heureuse.

Une fois à la maison, elle appela son fils pour lui demander comment cela fonctionnait.
- Je croyais que tu étais partie te renseigner !  
- Finalement, j'ai changé d'avis : j'ai pensé que tu pourrais m'éclairer sur ces fameuses prémonitions.
- Tu verras bien, ça se déclenche tout seul.
    Le lendemain matin, alors qu'elle était dans sa chambre et que tout le reste de la famille dormait, elle hurla :  "Attention ! le bébé va se brûler avec le lait de la casserole !" Tout le monde se réveilla en sursaut, se précipita dans la cuisine et entendit alors le bébé pleurer dans sa chambre.
- Mais le bébé est dans sa chambre ! s'exclama toute la famille.
- Je ne comprends pas, j'ai pourtant eu une prémonition et j'ai vu le bébé se brûler avec le lait de la casserole...
L'après-midi même, elle était dans son jardin en train de tailler ses haies lorqu'elle hurla : "Attention ! la voisine va se faire faucher par un camion." Tout le monde se récipita dans la rue et ... apperçut la voisine au loin, sur le trottoir, avec ses courses.
- Je ne comprends pas, j'ai pourtant eu une prémonition et j'ai vu la voisine va se faire faucher par un camion...
- Toi et tes prémonitions, cela commence à ...
Un peu plus tard dans la soirée, elle était dans la cuisine lorsqu'elle hurla : "Le bébé va tomber dans la baignoire !" Toute la famille commença à se précipiter dans la salle de bain et s'arrêta net. Le père s'écria : " C'est encore un coup de votre mère ! Elle et ses prémonitions bidon !"
- Maman, ne te casse pas la tête pour tes prémonitions ; elles seront toujours fausses car il existe un seul hologramme capable de donner de vraies prémonitions, celui de mon frère. Chôme, tu ne comprendras jamais...
- Si, j'ai compris ; après tout, c'est ton secret !

Depuis ce jour là, les parents portent beaucoup plus d'attention à tout ce qu'il dit et ils vécurent tous heureux.


Contes

 


On est bien comme on est


Les trois épreuves de la tortue

Le pouvoir de l'orchidée

La petite étoile colorée

L'eau qui faisait pousser les cheveux

Un jouet pas comme les autres

La potion magique de Georges Bouillon

Yvan le ballot

Contes


[ Plan du site ] Accueil ]